Police partout... Justice nulle part !

Alors que le pouvoir s'est trouvé une fois de plus rejeté par la population à l'occasion du dernier scrutin, le refus d'écouter nos attentes et nos revendications reste de mise. Un remaniement ministériel… est-ce cela que nous voulons ? Un nouveau premier ministre qui dès son arrivée au pouvoir annonce une nouvelle vague de réforme du droit du travail. La création d'un nouveau type d'emploi précaire à la grande joie du patronat. Pourtant c'est bien la précarité que nous rejetons. Et c'est bien l'envie une harmonisation par le haut des conditions de travail en Europe et dans le monde qui a poussé nombre d'entre nous à voter " non ". Ce nouveau gouvernement c'est aussi le retour de Sarkozy au ministère de l'Intérieur. Nous savons ce que cela signifie pour notre vie quotidienne. Nous avons déjà goutté à la matraque et aux violences policières façon Sarko.

C'est d'ailleurs sur la police que mise aujourd'hui le pouvoir pour tenter d'éteindre l'incendie social. Plutôt que de l'éteindre, il serait plus juste d'écrire que le pouvoir cherche à ce que l'incendie ne se propage pas. Car il est bel et bien allumé. La colère monte et gronde. La réponse est policière. Vous trouverez dans ce numéro quelques exemples.



Procès contre les lycéen-ne-s en lutte. Répression d'une manifestation festive à Lyon. Chasse aux syndicalistes à Carrefour. Mise à pied de salariés en lutte à la Poste et intervention policière. La colère monte, la répression aussi. Est-il nécessaire de rappeler qu'Amnesty International dénonce dans un rapport récent la hausse des violences policière et l'inexistence des poursuites envers les coupables ?

La police n'est que le bras armé d'un Etat qui sent la fin de règne et l'écroulement prochain de la Chiraquie. Un Etat qui craint les troubles sociaux, un Etat au service des grandes entreprises françaises et non au service public des citoyens. Aujourd'hui, c'est donc à nous de maintenir la pression : dénoncer la criminalisation des mouvements sociaux, toujours être au côté de ceux qui luttent pour construire un monde meilleur, tout en gardant son esprit critique. L'esprit policier est partout, dans les directions syndicales et partisanes comme les régiments de CRS. Débordons les directions ! Débordons l'ordre établi de la régression sociale ! Mettons la pression !

Eté 2005 - Joke A Dit !!! Editorial


* Sommaire - Haut de la page *